lunes, 17 de diciembre de 2012

Journée Internationale de lutte contre les violences faites aux travailleuses et travailleurs du sexe


Les travailleuses et travailleurs du sexe vous invitent à les rejoindre pour dénoncer les violences qui leurs sont faites le vendredi 17 décembre 2010, à 16h45, Place de la Comédie, Métro Hôtel de Ville.
Depuis 2003, une jour­née inter­na­tio­nale de lutte contre les vio­len­ces faites aux tra­vailleu­ses du sexe est orga­ni­sée le 17 décem­bre en mémoire des tra­vailleu­ses du sexe assas­si­nées et pour la lutte contre la stig­ma­ti­sa­tion engen­drant ces vio­len­ces.
En France, la pros­ti­tu­tion n’est pas inter­dite mais de nom­breu­ses mesu­res cri­mi­na­li­sent les tra­vailleu­ses du sexe. En effet, depuis 2002, la muni­ci­pa­lité de Lyon conduit une poli­ti­que d’arrê­tés muni­ci­paux (inter­di­sant la pros­ti­tu­tion ou le sta­tion­ne­ment des camion­net­tes des tra­vailleu­ses du sexe) repous­sant les per­son­nes de plus en plus loin du centre-ville. Au niveau natio­nal, depuis 2003, la loi pour la sécu­rité inté­rieure (LSI) péna­lise le raco­lage passif et expose les tra­vailleu­ses du sexe à des arres­ta­tions, des amen­des et des peines de prison. Enfin, les lois sur l’immi­gra­tion concer­nent aussi les per­son­nes pros­ti­tuées migran­tes qui peu­vent être arrê­tées et expul­sées.
Ces lois éloignent les tra­vailleu­ses du sexe des lieux de pas­sage, les expo­sant davan­tage aux ris­ques de vio­len­ces nom­breu­ses et variées (agres­sions phy­si­ques, viols, vols, mena­ces, insul­tes...). Ces vio­len­ces sont autant le fait de « clients » vio­lents, que de pas­sants ou d’habi­tants des quar­tiers de pros­ti­tu­tion… Mais nous cons­ta­tons aussi de nom­breu­ses vio­len­ces sym­bo­li­ques por­tées par des repré­sen­tants d’ins­ti­tu­tions (police, tra­vailleurs sociaux) : har­cè­le­ment, pres­sions mora­les, juge­ment sur l’acti­vité, dis­cri­mi­na­tions… Parce qu’elles sont mar­gi­na­li­sées et stig­ma­ti­sées, de nom­breu­ses tra­vailleu­ses du sexe n’osent pas porter plainte et, quand elles le font, leurs plain­tes sont sou­vent clas­sées sans suite. Ce climat d’impu­nité pour les agres­seurs accen­tue le risque d’agres­sion.
Cabiria, asso­cia­tion de santé com­mu­nau­taire, s’est tou­jours impli­quée aux côtés des per­son­nes pros­ti­tuées, dans la défense de leur santé, de leurs droits et contre les vio­len­ces qui leur sont faites. Au quo­ti­dien, nous cons­ta­tons que ces vio­len­ces, phy­si­ques, sym­bo­li­ques ou ins­ti­tu­tion­nel­les, ont des consé­quen­ces dra­ma­ti­ques sur leur santé, leur sécu­rité et qu’elles peu­vent affec­ter leurs capa­ci­tés à se pro­té­ger du VIH.
Au cours de l’année 2010, Cabiria a par­ti­cipé à un projet euro­péen de réflexion et d’action sur la pré­ven­tion des vio­len­ces dans le contexte de la pros­ti­tu­tion, dans le cadre du pro­gramme euro­péen de lutte contre les vio­len­ces faites aux femmes DAPHNÉ III. Ce projet, réu­nis­sant diver­ses asso­cia­tions belges et fran­çai­ses, entend valo­ri­ser les connais­san­ces et les com­pé­ten­ces des tra­vailleu­ses du sexe dans la lutte contre les vio­len­ces qui leur sont faites. Vendredi 17 décem­bre 2010, des actions simul­ta­nées auront lieu dans les villes par­te­nai­res (Lyon, Toulouse, Lille, Paris et Bruxelles). A 17h12, des sif­flets reten­ti­ront dans toutes ces villes, pour faire cesser les vio­len­ces faites aux tra­vailleu­ses du sexe.

”CONTRE LES VIOLENCES, LES PUTAINS TAPENT DU POING !”

Programme de la jour­née du ven­dredi 17 décem­bre 2010 :
11 h : Conférence de presse à Cabiria (5 quai André Lassagne 69 001 LYON)
16h45 : Rassemblement contre les vio­len­ces, Place de la Comédie, Métro Hôtel de Ville
17h12 : Coup de sif­flet, place de la Comédie, Métro Hôtel de Ville
Informations : Jérôme Expuesto 06 07 62 2

 http://rebellyon.info/Journee-Internationale-de-lutte,8210.html

No hay comentarios:

Publicar un comentario